P-Q-R

Quatre-quarts.

De ses théories super-cliché à mes lubies à peines voilées, chez nous le jeu de l’amour n’est jamais tabou – au mieux fantasmé. Celui des sentiments n’est ni possession ni médicament ; plutôt un gâteau magique aux mille parts : quatre, c’est si peu suffisant. Il s’agrandit à chaque histoire, il a souvent mille visages – au moins n’est-il pas mirage.

Amoureuse aux milles paradoxes, mon conte de fée est parfois complexe ; princes, princesses et parfois sorcières : à la limite du sketch ! Les amis, les amants, les polycopines ; les envies, les bêtises, les Jodorowsky; les erreurs, les expériences, les ronronnements. Tout est amour, tout n’est qu’Aimant !

Quel joyeux défi cette année, de flirter avec le titre d’alchimiste-fée. La sagesse au bout du tunnel, et les casseroles karmiques qui s’allègent. Si la souffrance reste totale, la stabilité émotionnelle jamais atteignable ; me respecter et m’autoriser : plier comme le bambou mais ne jamais casser.

Un cœur déverrouillé et une sensibilité débridée ; au diable les angoisses existentielles, c’est à travers elles que je déploie mes ailes. Le conte initiatique de ma vie révèle ses mille et un secrets : l’exploration de mon propre monde à réinventer.

Une lutine

Publicités

2 commentaires sur “Quatre-quarts.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s