G-H-I

Hôtel.

Le temps est venu (permanente impermanence) des aménagements bienvenus : assumer mes différences et alléger les angoisses de mon existence.

5 ans de salariat, 5 ans d’artist’anat ; si peu le temps de trouver ma place – à 35 ans, déjà revenu le moment de jumper de case. Stable dans mon instabilité, vogue la galère ; assumer mes atypicités et espérer qu’un renouveau m’apaise. Princesse dans ma chambre d’hôtel ; tristesse à l’entrée du tunnel – au bout la lumière : au milieu l’espérance d’un choix juste. Dans la lumière, un amour ; dans l’ombre fut ma place – derrière le rideau trop d’angoisses ; plus de stress que de strass. Au carrefour d’une nouvelle vie – une autre encore – je souris à mes douces lubies : joli score, je l’espère, pour les 5 années à venir. L’incessante quête qui me mènera au cœur de moi-même : nouvelle identité, nouvelles règles, un rôle à réinventer.

Munie de ma plume, mon plaid et ma rage ; je prends du recul pour mieux me ravaler la façade ! Ode à ma liberté (Audrey de ma fidèle authenticité) : être perdue restera à jamais un instant de toute beauté.

12744507_10207927179519299_3015857640668769661_nUn amour inconditionnel.

Publicités

Un commentaire sur “Hôtel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s