D-E-F

Flémingite.

nom féminin; [prénom audrey]. 1. Conceptualisation de mon réseau neuronal. C’est à cause de ma neuro-atypie que j’ai besoin de cocooner 2. Ode à l’écologie musculaire. La méditation est tout un art 3. Gloire à Maslow qui avait compris le plein potentiel du plateau télé. Besoin de manger, de dormir et de se sentir en sécurité sur le canapé. Synonymes : rubikscubations, alchimisteries, séries.

 

 

Publicités
D-E-F

Emmerdeuse.

Mon enthousiasme fait souvent peur. Mes désespoirs aussi, d’ailleurs. Mes idéaux questionnent, remuent la merde et – c’est là que ça fait mal – se transforment en puissants miroirs. Qui ose se plonger dans mon regard fait face à ses propres démons : ces vérités dérangeantes qui font de moi une insolente. « Ça ne se fait pas, Audrey ». La vie c’est comme ça. Tu penses trop : « retourne bosser« et t’auras moins le temps de déprimer – entendre : inventer un monde meilleur.

Fichus moldus … Pas capables de voir en moi une once de baguette magique. Totale inaptitude à rêver, à s’élever et à cerner la subtilité de mes quêtes existentielles. Que je sois – il doit y avoir de ça – trop exigeante envers cette vie ; ou une emmerdeuse chronique – oui, aussi : plus jamais je ne confondrai la médiocrité dont ces z’autres se contentent avec la pureté que je sais exister et que je finirai par dénicher !

 

 

D-E-F

Frustration.

Obscure sentiment qui génère toute une gamme d’émotions dérangeantes, urticantes, parfois même dévorantes ! Boussole intérieure qu’il est bon de consulter sans crainte – ni orgueil – afin de nous conduire vers quelques trésors de leçons de vie. La frustration et l’obsession ne sont peut-être que les deux faces d’une pièce qui mériterait le nom d’épanouissement : pour peu qu’on prenne la peine de se demander quelle personne on a envie d’être. Entre le fruit de mes en’vies et les surprises de la vie, j’ai confiance que le mixe sera pétillant !

D-E-F

Diagnostic.

Faire un bilan, me faire diagnostiquer.

Aspie, névrosée ou licorne ; autiste ou cinglée, peu m’importe.

Tant de cas graves en souffrance. Et moi qui me permettrais le luxe de demander assistance. Ni gloire, ni honte, ni superflus. Juste – s’il vous plaît – une main tendue. Je ne cherche à me ranger dans aucune case : les contraintes et limites, ça me fout la rage.

Juste une grille de lecture à confirmer – ou d’un revers de soupir à balayer.

J’ai toujours senti ma différence, me pensant capricieuse et insolente. J’ai cru que le polyamour expliquerait tout : mes paradoxes, mes atypies, mes doutes. Que mes tendances Bi résoudraient le puzzle de ma vie. Incapable de coordonner besoins et envies, une ultime pièce reste manquante.

Ma vie semble m’échapper, encore ; inaptitude au travail, à la vie, au couple – au Dehors.

Quel fichu bilan pourrait bien m’aider à exister ?? Une simple étiquette n’y fera rien, je le sais !

a361c_img038-1024x441-1 (2)

Une différence invisible.

D-E-F

Fée.

Enchantée !

Alchimiste parce que je me demande sans cesse comment rendre le monde meilleur …

Fée parce que je suis certaine que l’Amour (pur) est la solution à tout.

En vrac : Abbyrowsky. Amitié. Animalité. AutisteBizarreBlogs. Boulot. Brouillons. Chienne. Conditions. ConfusionDiagnostic. Ecrire. EmmerdeuseHôtel. HypocrisieInfidèle. InsolenceQuatre-quarts. Mélancolie. Parolière. PartenariatRelations. Sexe.

Nouveauté parce que mon bébé-blog Surmélancolie du doué.

Utopiste parce que mon polyblog Histoires d’Amours Plurielles

Autrice parce que mon brouillon de blog Rubikscubations

Passionnée parce que mon livresque blog l’Abbybliothèque

Initiatique parce que mon exploration Impératrice & Co

Déterminée parce que je cherche et que je finirai par (me) trouver !!!

Namasté dans ton cœur-de-beurre !

Abbycédaire·D-E-F

Ecrire.

Une polycopine m’a un jour demandé comment je fais pour écrire, de manière concrète et pragmatique : euh! Je dirais que mes textes s’écrivent tout seuls dans ma tête ; et puis ça doit sortir. Ce n’est pas pour rien que logorrhée rime avec diarrhée, right?

C’est le p’tit vélo dans ma tête qui tourne, qui tourne. Le hamster dans sa roue qui devient fou parfois. Ensuite y’a plus qu’à laisser courir mes doigts sur le clavier. Si ça vient : j’accueille. Si je n’accueille pas, ça va insister et se gangréner en émotions caca-boudin! Si l’inspiration n’y est pas, c’est okay aussi. C’est que j’ai besoin de déconnecter et de prendre du recul, prendre soin de moi ; le temps que mon canal cosmique soit prêt à réceptionner à nouveau.

Ecrire, c’est ma meilleur auto-thérapie ; c’est parler avec la meilleure amie qui est en moi, voir ma meilleure ennemie qui est aussi de très bon conseil ! 

D-E-F

Dépression.

Z’anormalité incomprise des cerveaux bien dociles, et qui pourrait pourtant, je pense, sauver l’humanité défaillante à la surface de notre belle Planète. Mal-à-dit que si tu fais partie de ce groupe de neuroZ’atypiques : c’est la preuve que tu as conscience que c’est le monde qui tourne à l’envers et pas toi. Etat d’esprit révélateur de potentiels et états d’âme révélateurs de crises existentielles. J’ai un rapport un peu spécial à cette Chose, d’où le cynisme et la tendance à tout mélanger, car je considère que mon père en est mort. Grâce à Lui j’ai compris que la puissance du cerveau est illimitée : si l’on est capable de se créer un cancer par la seule force de la Pensée, c’est alors que tout est possible dans la vie !!! Et fuck la normalité.

Une merde.