P-Q-R

Parolière.

Je sens un truc monter en moi : une lubie, une envie, un je-ne sais-quoi.

De textes en blogs, ma plume se délie. J’ai le sentiment d’avoir enfin trouvé des mots qui pétillent. D’états d’âme en boutades, peut-être que mes textes mériteraient un ravalement de façade : chanteuse, rappeuse, interprète – metteuse en scène ou nouvelle prophète.

Oui je sais, ma naïveté peut surprendre. T’inquiète, d’ici demain j’aurai de nouveau envie d’me pendre. Passer le mot ou me planquer ? Trembler, oser ou enfin m’assumer. Univers entends ma voix, parce qu’aller travailler ne sera jamais ma voie !

Publicités
P-Q-R

Partenariats.

Partenaire particulière cherche partenaires particuliers ! (Lalala). Lorsque je me suis mis en tête de jouer la vie – explorer la norme monogame et ses fascinantes alternatives – j’ai négligé le fait que ce monde était suffisamment tordu pour confondre ma quête de pureté avec … avec un je-ne-sais-quoi bien glauque. Pauvres moldus : décidément ils n’y comprendront jamais rien – insolence quand tu me tiens.

Si toi non plus tu ne vois pas bien en quoi avoir un grand Cœur peut être une forme de perversion, voici un petit comparatif.

J’ai vu dans les relations humaines l’opportunité de créer des liens de bienveillance, de curiosité, d’amitié ; toute une gamme de possibles ; partager des centres d’intérêts, en découvrir de nouveaux, explorer de jolies âmes, m’ouvrir à d’autres réalités, relever de jolis défis, admirer la manière dont les personnes décorent leur foyer, partager un bout de cette intimité, de manière authentique, toujours avec tendresse, pas forcément dans un jeu de séduction. Réinventer un monde plus beau, plus sain, plus solidaire.

Oui, la nana naïve par excellence qui refuse de voir que ce qui fait tourner le monde : le cul et l’hypocrisie. Jamais je n’ai eu pour objectif de consommer des corps, tromper mon compagnon, faire des orgies (je précise que faire l’amour à trois ou quatre ça peut être beau, pas moins romantique que le traditionnel plan-cul ; mais je dis ça, je dis rien) ; ou autre activité qui ne me nourrit ni philosophiquement – ni intellectuellement – ni humainement.

Aurais-je du poster une petite annonce pour trouver un partenaire de Tarot ; une copine de Plaid addict aux séries ; un ami pour philosopher les tristitudes de ce monde ? Parler de partenariats, de projets, d’amitié ; quitte à foutre en l’air la vie d’une personne qui aurait perdu le contrôle malgré elle (et aurait succombé à mon extraordinaire charme – hahaha – même s’il ou elle est en couple) ? … Taire mes idéaux et me la jouer « séductrice mystérieuse » sous le masque d’une célibataire assoiffée d’expériences ? Piéger, tromper, manipuler. Je préférerais toujours la difficulté : ça s’appelle la vérité.

P-Q-R

Relations.

Inaptitudes. Quels mécanismes mettre en place ? Quelles stratégies inventer ? Quels sentiments promettre, et quelle intensité viser ?

Aimer est une chose facile – quoi que ; viser l’inconditionnalité, j’ai appris. Polyamour, mon amour. Envisager la personne désirée, c’est facile – se laisser désirer c’est aisé. Et ensuite ? Comment faire lorsque le jeu de l’amour, fut-il amitié, n’est que codes et frustrations refoulées. Des règles qui me sont étrangères. Etranges, et moi j’ère.

Intellectuellement, je suis disponible à toute heure. Emotionnellement, je suis dans le chaos la moitié du temps. Relationnellement, je suis une incapable qui déborde d’idéaux. Amoureusement : je n’existe pas. Voilà bien une identité qui ne me sied d’aucune manière. A la façon d’un petit animal apeuré, tout au mieux.

J’ai tant à donner, et un si grand vite existentiel à combler. Qui m’explicitera son propre mode d’emploi, et s’occupera – aussi bien que Lui – de moi ? A quel prix encaisse-t-il mes bizarreries, et qui d’autre se sent l’âme d’une infirmière de mes lubies ?

Alchimiste-Fée : c’est ça. Alchimiste, c’est la quête d’une science comme le besoin d’une béquille à chaque seconde de ma vie. La fée, c’est mon âme meurtrie : qui a tant à offrir mais refuse de s’ancrer dans cette bien fade réalité.

Une âme torturée

P-Q-R

Quatre-quarts.

De ses théories super-cliché à mes lubies à peines voilées, chez nous le jeu de l’amour n’est jamais tabou – au mieux fantasmé. Celui des sentiments n’est ni possession ni médicament ; plutôt un gâteau magique aux mille parts : quatre, c’est si peu suffisant. Il s’agrandit à chaque histoire, il a souvent mille visages – au moins n’est-il pas mirage.

Amoureuse aux milles paradoxes, mon conte de fée est parfois complexe ; princes, princesses et parfois sorcières : à la limite du sketch ! Les amis, les amants, les polycopines ; les envies, les bêtises, les Jodorowsky; les erreurs, les expériences, les ronronnements. Tout est amour, tout n’est qu’Aimant !

Quel joyeux défi cette année, de flirter avec le titre d’alchimiste-fée. La sagesse au bout du tunnel, et les casseroles karmiques qui s’allègent. Si la souffrance reste totale, la stabilité émotionnelle jamais atteignable ; me respecter et m’autoriser : plier comme le bambou mais ne jamais casser.

Un cœur déverrouillé et une sensibilité débridée ; au diable les angoisses existentielles, c’est à travers elles que je déploie mes ailes. Le conte initiatique de ma vie révèle ses mille et un secrets : l’exploration de mon propre monde à réinventer.

Une lutine

P-Q-R

Profile.

💜 Âmes sensibles s’abstenir, ce profile dégouline de Naïveté et d’Utopies !!

34% glandouilleuse, 27% rêveuse, 42% déterminée-euse. Et déborde toujours des cases ! … Someone between Anarcho-Teddybear and Utopist-Dreamer.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
✨😏Extrait dont je tairai la source pour ne pas spoiler : « (…) un fort bouillonnement intellectuel, le besoin de toujours comprendre, un besoin vital d’espaces de dégagement à l’abri des sur-stimulations, un idéalisme, une affectivité débordante, un esprit critique aiguisé, une curiosité boulimique, une empathie hors du commun et une certaine forme d’impatience. »
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Lire la suite « Profile. »

Abbycédaire·Non classé·P-Q-R

Rélovution.

Et si ma Solitude était mon plus beau cadeau pour ce monde ? Ma détresse : une baguette Magique. Mon fardeau : le Miroir d’une réalité. Mes peines : un océan d’Espérance. Et si ma Sensibilité était ma contribution, l’espoir Fou qui rend tout possible ! Et si en sublimant mes émotions j’ouvrais une nouvelle porte et que d’autres avaient envie de s’y engouffrer joyeusement. Et si j’étais le Baromètre de nos enfers, le dérangeant moustique annonciateur d’une épidémie de bêtise. Et si j’étais l’Utérus vierge qui enfante un monde nouveau. Et si mes Utopies étaient le terreau prêt à accueillir les graines que je S’aime ? Et si on était une infinité cosmique d’âmes esseulées à créer une nouvelle réalité !! Et si tous les fêlés de ce monde se décidaient enfin à laisser passer leur Lumière ! La réLoVution est en marche : prenez garde, mon amour est infini et il n’épargnera personne.

Abbycédaire·Non classé·P-Q-R

Pettigrew.

Le bonheur de l’une des Moi fait parfois la détresse d’une autre facette de moi-même. Me plonger dans l’écriture de ce blog le 31 janvier a été le point de départ d’une merveilleuse révélation et aventure. Une dizaine de semaines plus tard, mon âme est desséchée : la lecture me manque terriblement. C’est avec certitude que ma petite voix m’a fait sortir de m’abbybliothèque un Sophie Bassignac « décoiffant » à la thématique bien allumée : un jeune journaliste un peu coincé face à la joyeuse clique de sa potentielle future belle-famille de libres penseurs. Un défi haut en couleurs du Vivre Ensemble, ce truc qui m’est si difficile ! Tout un art littéraire : celui de me mettre à la place de l’écrivaine qui doit être bien barrée dans son genre ; le pauvre gendre qui fait preuve d’un fabuleux lâcher-prise comme si la folie était un pays à visiter avec ses codes et ses archéolubies (#Abbycédaire) ; et la nana en question qui pose comme condition au mariage de faire baigner son sain d’esprit de petit ami dans son microcosme familial et farfelu. Ce bouquin m’inspire la promesse d’en ressortir rassurée et moins seule dans ma bulle fêlée !! #SéduireIsabelleA