S-T-U

Sexe.

Je baise pas, j’fais l’amour
Je trompe pas, c’est du polyamour

Les femmes, les hommes
Mon amour n’a pas de code

Ni libertine, ni même sexuelle
J’me réapproprie le modèle

La monogamie : c’est cuit
Cherche pas, j’ai l’cerveau pas fini

Société en souffrance …
Femme libre en errance !

logo-poly

Publicités
PUNCHLINE·S-T-U

Seul.

« Si t’as l’impression que personne te comprend, c’est parce que personne te comprend. C’est plus facile à vivre une fois que t’en es conscient. Comment tu peux leur en vouloir, tu t’comprends pas toi-même. Souvent seul avec tes problèmes, souvent c’est toi l’problème. »

Orelsan, Notes Pour Trop Tard [2017, La fête est finie.]

… Mais peut-être que moi j’te comprends ? Zieute quelques articles au cas où ça pourrait aider, soulager ou inspirer : Créativité. Diagnostic. Amitié.

Abbycédaire·Non classé·S-T-U

Tristitude.

Ma tristitude ne comprend pas pourquoi on galère toutes et tous chacun dans notre coin. Elle ne comprend pas pourquoi tout le monde s’agite dans tous les sens au lieu de regarder une évi’danse de la Joie. Ma tristitude est en colère car elle porte un message que personne ne veut écouter : pas même Moi. Elle est dévastée de me voir patauger dans mes idéaux au lieu de les accueillir pleinement et de les Sublimer par le seul pouvoir de mon existence. Ma tristitude se désole face à tant de dualités alors que mon cœur est le Tout qui n’attend qu’un mot pour jaillir de mes propres enfers. Amour? Non. Silence ! Mon cœur cherche son inconditionnel, sans attente ni déception, sans jugement ni frustration, sans mots ni questions. Mon cœur est un incompris et ma tristitude est son langage. Sourde à cette évidence (#LeKoalaNeDansePas),  je lui tourne autour, je le regarde sous tous les angles, je me demande ce qu’il peut bien vouloir : cet organe fou. J’attend qu’il daigne ouvrir une bouche qu’il n’a pas ! Silence, me dit-il : Arrête de t’agiter, plonge en moi et tu verras.

Abbycédaire·Non classé·S-T-U

Seule.

Je me sens seule et incomprise. En bonne voie et extrêmement chanceuse. Z’amoureux est hyper-inspiré par ses projets artistiques ; z’amoureuse est hyper-célébrée dans ses événements familiaux ; meilleure z’amie est hyper-heureuse dans ses changements hormonaux et meilleur z’ami est hyper-occupé à kiffer sa life. Le premier m’aime malgré nos différences ; la seconde m’aime malgré la distance ; la troisième m’adore malgré mes valeurs ; le dernier m’adore malgré ma koalatitude. Moi je les aime à l’infini et leur bonheur fait le mien !! Mais. (#CestJamaisBeauUnMais). Je me sens seule car l’artiste ne comprend pas ma sensibilité, car la chérie ne partage pas mes idéaux ; car la maman ne ménage pas mon mal-être ; car le mari ne peut décemment pas être plus présent. Je me sens seule face à mes peurs qui rejaillissent, face à un monde qui bouge et dont je reste en retrait, face à ma philosophie de vie trop compliquée pour moi-même. Seule face à ma nostalgie d’un Ailleurs et face à ces Amours qui Vivent comme si c’était d’une évidence-même. Tiraillée entre ma douce solitude et une inexplicable détresse, je ne sais plus si la sagesse réside dans ce lâcher-prise qui m’habite depuis peu ou si c’est justement ce trop-lâcher qui m’a plongée il y a longtemps déjà dans un Abby’me trop profond qui m’empêche désormais de percevoir  la Lumière de Leur monde.

Abbycédaire·S-T-U

Salope.

… éthique : réappropriation féministe d’un terme que j’ai déjà rubikscubisé dans mon Abbybliothèque. J’en suis une auto-proclamée : communément appelée Lutine, Polyamoureuse ou Bipolyssonne. Originellement The Ethical Slut, cette salope éthique est le titre d’un ouvrage qui est une des bibles des personnes qui vibrent sur la fréquence de la non-exclusivité amoureuse. Je sais que le côté Guide pratique (pour des relations libres et sereines) dérange parfois. Moi je trouve qu’il brosse pas mal de sujets et il caresse joyeusement ma corde sensible Lesbienne-Gay-Bi-Trans, souvent négligée dans ce genre de bouquin. D’ailleurs, en référence à Françoise Simpère qui a écrit Aimer plusieurs hommes, je me verrais bien écrire : Aimer un homme et une femme. Muhaha !

Un guide.

Abbycédaire·S-T-U

Trottoir.

Maman me dit qu’elle est heureuse qu’écrire me fasse autant vibrer. Elle rajoute que c’est dommage que cela ne me rapporte pas d’argent. Moi je lui fais remarquer qu’elle a fait le Trottoir toute la matinée et que cela ne lui a rien rapporté non plus. #Muhaha. On a ça en commun toutes les deux : en ce moment on retire les mauvaises herbes de nos vies ! Merci printemps.

Un autobloquant.

Abbycédaire·S-T-U

Silence.

Ma maison-du-bonheur souffre et les Blabla me manquent. Bien installée dans ma Caverne, j’observe les ombres sur le mur. Et je m’interroge. Un peu, beaucoup, passionnément ou – à certaines heures – pas du tout. Être Artiste de ma vie : aimer la diversité des énergies humaines, accueillir le silence, remercie les joies du virtuel, prendre soin de me émotions qui débordent et me blottir avec elles sous la couette.


Une caverne.