A-B-C

Amour.

Que de carapaces accumulées et abandonnées, de forteresses intérieures farouchement défendues ! La danse des miroirs poursuit son oeuvre : à chacune de mes rencontres c’est une de mes divines failles qui se met en lumière. Quel bonheur de pouvoir apprivoiser mes peurs les plus féroces. Devenir chaque jour une plus belle version de moi-m’aime : y a-t-il plus beau métier ?

Amour, Amitié, Affection, Attirance, Attachement .. Toute une panoplie de sensations à accueillir (oseras-tu!), et un puzzle à construire pour autant que l’on accepte de jouer pleinement le jeu de la Vie. La planète « Aim’otion » me semble souvent si étrange, moi qui ai le cerveau câblé pour les algorithmes et trucs-de-geeks, plus faciles à comprendre (et bidouiller) que l’âme humaine !

Un an que je tourne en rond dans mes textes et dans ma tête. J’écris, je m’embrouille et je t’embrouille. Je tambourine à la porte de la Déesse des Amiours, et ne cesse de l’inciter à me révéler ses plus lumineux secrets. D’anecdotes en témoignages je te confie mes quêtes, et me torture la plume à tenter de démêler le vrai du moins-faux.

Pourquoi Diable me suis-je laissée porter dans cette inconfortable (le confort n’est-il pas chiant) exploration des relations humaines ! Parce que plus ma vérité s’assume, plus ma curiosité se libère. Plus mes désirs se libèrent et plus TOI aussi tu t’assumes. Ma quête de liberté et aussi la tienne, en avais-tu conscience : parce que rendre ma vie plus libre c’est aussi t’offrir l’autorisation de t’inspirer de mes douces folie ! Étrange planète T’ère qui nous incite à nous libérer de ces trop-lourdes-chaînes, celles que l’on se met souvent à soi-M’aime.

 

Publicités
D-E-F

Hypersensibilité.

J’aime observer la race humaine. Ces bêtes sauvages qui me semblent souvent extra-terrestres …  alors que c’est moi qui ai probablement atterri sur la mauvaise planète. Aussi, car je ne fais pas exception à la complexité humanoïde : je voulais vous confier un petit concept que j’explore en ce moment.

La bienveillance – tout comme l’intelligence – semble pouvoir prendre tout un tas de formes (au moins 2018) : si j’étais relativement psychorigide jusque là quant au fait fait qu’elle devait s’exercer principalement en mode Bisounours – mais la naïveté ça fait particulièrement mal -, il m’apparaît une autre facette de la vérité : il est étonnamment possible de la diffuser en mode Machiavélique. Tout est question de survie lorsqu’on est un petit être fragile dans une jungle de bien étranges créatures neurotypiques.

Mon présent défi existentiel se présente donc ainsi : l’authenticité se pare-t-elle parfois de son jardin secret ? L’adaptation (pour ne pas dire manipulation) est-elle un outil respectable qui permet d’aller de l’avant tout en évitant de causer de tort à autrui ? Etat méditatif en cours. Les résultats de mon auto-sondage seront publiés d’ici une douzaine de mois ! Bonané.

Une année bisounours’esque qui s’annonce épique !

G-H-I

Intelligence.

Intelligence linguistique, logico-mathématique, spatiale, intra-personnelle, interpersonnelle, corporelle-kinesthésique, musicale ou naturaliste. Ma préférée : l’intelligence existentielle, dite aussi « spirituelle » !

La psychologie est aussi passionnante que les sujets qu’elle étudie : elle rend « intelligent » n’importe quel crétin[e] ou pervers[e] sur cette planète. Logique (et rassurant), y’aura toujours bien un domaine dans lequel on excelle : la manipulation, la procrastination, ou autre névrose créative. C’est une vérité plutôt sympathique, n’y voyez là aucune condescendance.

J’adore farfouiller dans la caboche des gens sous prétexte qu’il y aurait un quelconque sens à nos actions. J’adore que la psychologie tente de donner une cohérence au complet chaos qu’est l’esprit humain. Je trouve les Hommes (les Femmes et les Gosses inclus) aussi désespérants que fascinants; aussi profonds que (le plus souvent) superficiels; aussi dérangeants – et sacrément dérangés – qu’inspirants.

N’est pas sous-doué celui qui se pense sensiblement con ; l’est souvent celui qui surdoué se prétend. A méditer, et Bonané !

 

L’intelligence méditative

M-N-O

Narcotique.

[n.m] Mécanisme capitaliste qui consiste à reproduire l’effet chimique de substances appelées « stupéfiants » : stupéfaction, en effet, face au subtile esclavagisme des temps modernes. Le travail est l’opium du peuple, mais qui voudrait mourir drogué. | Exemple de narcotique : le MBD [métro boulot dodo] qui – conformément à la définition – assoupit, engourdit, endort toute envie de vivre pleinement. Note 1 Si vous avez absorbé ce genre de poison (malheureusement légal), veuillez contacter de toute urgence le service « Emancipation » au numéro national -666-. Note 2 Consulter aussi la définition de : boulot.

 

D-E-F

Flémingite.

nom féminin; [prénom audrey]. 1. Conceptualisation de mon réseau neuronal. C’est à cause de ma neuro-atypie que j’ai besoin de cocooner 2. Ode à l’écologie musculaire. La méditation est tout un art 3. Gloire à Maslow qui avait compris le plein potentiel du plateau télé. Besoin de manger, de dormir et de se sentir en sécurité sur le canapé. Synonymes : rubikscubations, alchimisteries, séries.

 

 

P-Q-R

Parolière.

Je sens un truc monter en moi : une lubie, une envie, un je-ne sais-quoi.

De textes en blogs, ma plume se délie. J’ai le sentiment d’avoir enfin trouvé des mots qui pétillent. D’états d’âme en boutades, peut-être que mes textes mériteraient un ravalement de façade : chanteuse, rappeuse, interprète – metteuse en scène ou nouvelle prophète.

Oui je sais, ma naïveté peut surprendre. T’inquiète, d’ici demain j’aurai de nouveau envie d’me pendre. Passer le mot ou me planquer ? Trembler, oser ou enfin m’assumer. Univers entends ma voix, parce qu’aller travailler ne sera jamais ma voie !

A-B-C

Bizarre.

La coiffeuse regrette mes cheveux
Le voisin trouve qu’avant j’étais mieux

Le boucher s’inquiète de mes carences
Et le curé prie pour ma délivrance

~ C’est pas leur faute si j’vais trop loin dans ma tête. C’est pas ma faute : j’aimerais qu’ma vie soit toujours en fête.

Mon père a quitté le navire
Mon mec aimerait enfin jouir

Ma daronne me reproche mes absences
Pendant qu’Mamie sourit de mes insolences

~ A qui la faute si ce monde est étrange. Pas ma faute si mon cerveau adore quand mes idées dérangent !

Les lesbiennes me trouvent indécise
Les mères de famille : égoïste

Les hétéros nient mes évidences
Et les monogames fuient mes espérances

~ C’est la faute à personne si notre société part en couille. C’est certainement pas ma faute si je supporte pas qu’on me bride les. Ovaires.

Ca fait rire quand j’pars dans mes délires
Ca fait peur quand j’exige le meilleur

Je ne crains pas pour mon âme
Elle me guide : même pas mal !

~ Qui va payer pour mes dommages collatéraux, qui va oser clasher mes idéaux. La faute à tous ces empaffés qui gâchent nos vies à coup de planche à billets.

Les libertins me reprochent ma liberté
Les infidèles gloussent face à mes vérités

Trop naïve pour satisfaire les hypocrites
Trop éthique pour manipuler leurs petits esprits

~ Pardonnez-moi mes offenses, c’est juste que je cherche un sens. C’est pas ma faute si le monde tourne à l’envers : je fais c’que je peux pour faire vibrer mon univers.

Trop badass pour Adopte
Trop respectable pour Badoo

Tu m’trouveras sur Okcupid
Ca limite les relouds stupides

~ C’est pas ma faute si j’suis trop douée pour me résigner; trop paumée pour abandonner. J’suis trop sensible – trop utopiste : viens on va réinventer le monde, j’ai quelques pistes.