A-B-C

Aider.

Je ne suis ni une professionnelle de la santé ni une psychologue certifiée. Tout au plus une informaticienne ratée et une enseignante désabusée. Aider mon prochain (ou ma prochaine) reste pourtant mon unique pilier : la seule raison valable si je choisis de continuer à exister. D’ailleurs, j’ai pas encore décidé !

Je suis un être humain qui a son lot de névroses et d’angoisses existentielles. A force d’essayer de les comprendre, j’ai développé une certain nombre de compétences et de connaissances. A force de trébucher sur mes idéaux, j’en suis arrivée à collectionner pas mal de cicatrices : elles me sont beaucoup plus utiles que mes diplômes en papier.

Et si je tendais la main – sans titre pompeux ni professionnalisme à la con – pour partager un bout de ma solitude avec d’autres paumés – ou parents de paumés ? (Et si c’était déjà le cas?) Et si j’offrais ma curiosité, ma réalité, ma capacité d’analyse, et un peu de mon temps – physique (le virtuel c’est has been) – à toutes celles et ceux qui n’ont plus la force de chercher : le bon psy, le bon diagnostic, la bonne étiquette, la bonne vibration qui adoucira la douleur psychique …

Et si accompagner d’autres cœurs fêlés – pour les aider à rayonner – était bien plus qu’un métier : une destinée ! Je me le suis promis : place à un nouveau monde, dans ma vie du moins . Que l’on abatte cet oiseau moqueur qui chante à tue-tête qu’il « faut bien payer les factures ». Cet imbécile n’a pas encore compris que la boucle était bouclée, et que son cadavre servira à payer les intérêts de son crédit-télé. Ce que j’entrevois : la solidarité et la simplicité, l’amitié et la gratuité – une nouvelle humanité, qui sait ?

Publicités
A-B-C

Bureaucratie.

Angoisse du soir, bonsoir. Angoisse de la nuit : agonie !! Je réfléchis encore à cette histoire de métier et d’argent : fichue humanité. Nous sommes finalement moins bien lotis que les animaux : libres, eux, pour la plupart. Laissez-moi brouter mes névroses en paix !

J’ai pourtant bien joué mon rôle de brave-petite glandouilleuse repentie il y a deux semaines. Et me voilà déjà convoquée pour aller découvrir les nouvelles aberrations bureaucratiques façon 2018. Pas de place pour les Chercheurs-en-bonheur dans ce monde. L’état vient sans cesse me chatouiller le sommeil : mon âme lui appartient et je ne lui échapperai point !

Il y a des choses qu’un formulaire informatique ne comprendra jamais, à commencer par mon incapacité chronique (et assumée) à supporter le brouhaha humain et l’absurdité de ses jeux sociaux. S’il y a pourtant une entité qui serait apte à comprendre mon aversion pour la race humaine, c’est bien une machine !! Froide et sans cœur, voilà le point commun entre le mode binaire (0 ou 1) d’un ordinateur et le cerveau d’un pion au service de notre joyeuse administration (esclave ou parasite, dans quelle case te rangera-t-on).

A-B-C

Autiste.

Moi aussi des fois je suis gêné par le bruit, est-ce qu’on n’est pas tous un peu autistes dans le fond?

Moi aussi des fois je suis essoufflée quand je cours, est-ce qu’on n’est pas toutes un peu asthmatique dans le fond? Moi aussi des fois j’ai mal quand je marche, est-ce qu’on n’aurait pas tous une entorse à la cheville dans le fond? Moi aussi des fois j’oublie des trucs, est-ce qu’on n’aurait pas toutes un peu Alzheimer dans le fond? Moi aussi quand j’ai froid je tremble, est-ce qu’on n’aurait pas tous un peu Parkinson dans le fond? Moi aussi parfois je trouve mes copines jolies, est-ce qu’on n’est pas toutes un peu lesbiennes dans le fond ? Moi aussi parfois je garde le fils de ma sœur, est-ce qu’on serait pas tous un peu des géniteurs dans le fond ? Moi aussi parfois j’ai envie de dormir pendant 24h, est-ce qu’on serait pas tous un peu dans le coma dans le fond ?Moi aussi parfois je fais des nuits blanches, est-ce qu’on serait pas toutes un peu insomniaque dans le fond ?

D’autres idées d’analogies foireuses ?

Au fait, la réponse est NON : ne nions pas les différences, accueillons la diversité – et la neurodiversité ; ne nions pas les souffrances, restons tolérants dans l’adversité !

A-B-C·Abbycédaire

Atypique.

Un texte drapé du bleu de mes yeux pour un J+1 de la célébration des fêlés de ce monde … ceux qui laissent passer la Lumière ! Autistes, dépressionnistes, zhandicapés-pâméchants, neurozatypiques-piques, adeptes de koalattitude, de bisounourseries, de licornementations, d’anarchisteries, de zanormalités, de différences, de trop’êtreries ou de paz’assetteries ; Fuckeries et autres merveilles de l’esprit : allô le Monde, est-ce que toi tu vas bien dans ta norm’alité bien pensante ?