P-Q-R

Quête.

Quelques années déjà que je repousse les limites de mes possibles. Combien de paradoxes encore à explorer, et de labyrinthes à sonder ?

L’heure est néanmoins aux chaleureux enseignements. Et si aucun de mes mots ne te prouvera qu’un idéal existe, chacun de mes maux – existentiels –  sera l’illustration d’une liberté bien réelle : chaque choix posé permet d’approcher une perfection qui nous est propre.

Pas à pas, ne pas me montrer trop pressée. J’hurle dans ma propre obscurité depuis toujours, et parfois ma voie semble trouver écho quelque part : dans un cœur écorché, de l’autre côté de l’écran, chez un ami qui se fait discret ou chez une amante.

Ma vérité dérange et pourtant elle inspire… Elle inspire ! L’aurais-tu imaginé ? Pas moi.

J’ai décidé d’oser rayonner : pour toi – pour moi – pour ce monde qui s’englue dans de futiles luttes de pouvoir et quête matérialistes, alors que le bonheur des uns (que j’appelle Solitude, parfois), s’il est assumé, fera forcément le bonheur de tous. Je ne peux me résoudre à tirer un trait sur cette complexité si fascinante, si effrayante : comment réchauffer les cœurs si moi-même je ne me consume pas de l’intérieur.

Il y a pourtant un lourd prix à payer ! Aller de l’avant c’est parfois renier mes vieilles croyances, piétiner mes idéaux (et m’en créer de nouveaux?) : aller dans une direction qui semble si sombre et pleine de fâcheuses conséquences. N’y a-t-il pas plus beau défi à relever : à portée de main, un trésor à saisir … mais oserai-je tendre le bras ?

Publicités
A-B-C

Bizarre.

La coiffeuse regrette mes cheveux
Le voisin trouve qu’avant j’étais mieux

Le boucher s’inquiète de mes carences
Et le curé prie pour ma délivrance

~ C’est pas leur faute si j’vais trop loin dans ma tête. C’est pas ma faute : j’aimerais qu’ma vie soit toujours en fête.

Mon père a quitté le navire
Mon mec aimerait enfin jouir

Ma daronne me reproche mes absences
Pendant qu’Mamie sourit de mes insolences

~ A qui la faute si ce monde est étrange. Pas ma faute si mon cerveau adore quand mes idées dérangent !

Les lesbiennes me trouvent indécise
Les mères de famille : égoïste

Les hétéros nient mes évidences
Et les monogames fuient mes espérances

~ C’est la faute à personne si notre société part en couille. C’est certainement pas ma faute si je supporte pas qu’on me bride les. Ovaires.

Ca fait rire quand j’pars dans mes délires
Ca fait peur quand j’exige le meilleur

Je ne crains pas pour mon âme
Elle me guide : même pas mal !

~ Qui va payer pour mes dommages collatéraux, qui va oser clasher mes idéaux. La faute à tous ces empaffés qui gâchent nos vies à coup de planche à billets.

Les libertins me reprochent ma liberté
Les infidèles gloussent face à mes vérités

Trop naïve pour satisfaire les hypocrites
Trop éthique pour manipuler leurs petits esprits

~ Pardonnez-moi mes offenses, c’est juste que je cherche un sens. C’est pas ma faute si le monde tourne à l’envers : je fais c’que je peux pour faire vibrer mon univers.

Trop badass pour Adopte
Trop respectable pour Badoo

Tu m’trouveras sur Okcupid
Ca limite les relouds stupides

~ C’est pas ma faute si j’suis trop douée pour me résigner; trop paumée pour abandonner. J’suis trop sensible – trop utopiste : viens on va réinventer le monde, j’ai quelques pistes. 

 

S-T-U

Sexe.

Je baise pas, j’fais l’amour
Je trompe pas, c’est du polyamour

Les femmes, les hommes
Mon amour n’a pas de code

Ni libertine, ni même sexuelle
J’me réapproprie le modèle

La monogamie : c’est cuit
Cherche pas, j’ai l’cerveau pas fini

Société en souffrance …
Femme libre en errance !

logo-poly

A-B-C·Abbycédaire

Bipoly.

Quand je suis née on m’a d’office collé l’étiquette « hétérosexuelle » sur la tronche. Je trouve ça vicieux de faire ça à un bébé, mais bon : on appelle ça la norm’alité. Depuis, j’ai du faire au moins trois coming-out : un Gay, un Bi et un Poly. Franchement, c’est pas de la tartre d’être Amour dans ce monde !!

Un drapeau.

A-B-C

Bourrelet.

Je repense à cette délicieuse créature qui se trouve si imparfaite, et je me souviens de mon corps si imparfait aux côtés du sien. Une telle magie et de tels complexes, de si merveilleuses sensations et une si petite estime. Un si vibrant orgasme et une telle société de merde. Allô le monde, est-ce que tu vas bien du haut de ta norm’alité ? Allô l’univers, fais-lui savoir que dans mes bras elle est la plus belle.

Une bonbonnière.